Le Moyen Âge en séries

Le petit écran à l’assaut du Moyen Âge : compte rendu de lecture

L’été dernier, la revue Médiévales sortait un numéro thématique qui s’intéressait à la perception du Moyen Âge dans les séries télévisées. Coordonné par Alban Gautier et Laurent Vissière, ce recueil d’articles, auquel certains membres de l’équipe d’Actuel Moyen Âge ont contribué, a pris le parti d’exclure le cinéma pour se concentrer uniquement sur le petit écran. Aujourd’hui, on vous propose un petit tour d’horizon de ces séries à la sauce médiévale.

Pour tous les goûts !

Comme le rappelle l’introduction, le recueil rassemble des « séries médiévalistes ». Ce terme désigne toutes les séries qui permettent de réinventer la période médiévale, qu’elles se présentent comme des fictions historiques ou de la fantasy. En feuilletant ce numéro thématique, on trouvera donc quelques incontournables comme Game of Thrones, qui depuis sa diffusion en 2011 s’est imposée comme « un véritable “classique” des études médiévalistes », mais aussi des séries popularisées par les plateformes de streaming. Certaines font la part belle à la figure du viking, comme Vikings ou The Last Kingdom, d’autres suivent un personnage célèbre, tel Marco Polo. L’humour est aussi présent, à travers Kaamelott ou Norsemen, qui prennent le parti de détourner quelques clichés médiévaux : le héros naïf, incarné par Perceval, ou le viking pilleur et violeur, en la personne d’Arvid. Enfin, les lecteurs et lectrices peuvent aussi (re)découvrir des séries moins connues. Les unes sont anciennes (Thierry la Fronde), les autres plus confidentielles. The Bastard Executioner s’intéresse au parcours d’un héros marginal, puisqu’il exerce le métier de bourreau dans le pays de Galles du XIVe siècle. Diffusée au Qatar et en Arabie Saoudite, la série ‘Umar se fonde sur la vie du calife ʿUmar ibn al-Khaṭṭāb et explore les débuts de l’islam. De quoi réjouir tous les amateurs et toutes les amatrices de Moyen Âge et de petit écran !

Recréer le Moyen Âge

Qu’il se veuille réaliste ou fantasmé, le Moyen Âge des séries repose sur des repères que le téléspectateur peut clairement identifier. L’Orient est forcément exotique ; le château fort se trouve isolé dans une campagne déserte ; le Nord est toujours hostile et porteur de valeurs guerrières. Les séries puisent dans notre imaginaire collectif : on pourra donc y trouver des casques à cornes, des paysans sales et vêtus de couleurs ternes, et même une Dame à la licorne dans un château gallois (The Bastard Executioner). Pour compléter ce décor, la bande-son occupe une place essentielle. Les choix sonores plongent le téléspectateur dans un univers identifié comme ancien. Parfait exemple : les chants grégoriens, qui évoquent les monastères. Ils créent immédiatement une ambiance médiévale tout en renvoyant à des films bien connus du public, comme Le Nom de la rose. Au contraire, d’autres séries marquent une rupture en adoptant des tonalités plus tribales (Marco Polo) ou des instruments inattendus : c’est le cas de Game of Thrones, qui privilégie le violoncelle et le piano. Les séries jouent donc avec les clichés, les stéréotypes et les anachronismes, pour évoquer un Moyen Âge immédiatement reconnu comme tel par les téléspectateurs.

Inventer notre Moyen Âge

Dragon Tales. Source : Wikimedia

Dragon Tales. Source Wikipédia

Mais quand on rencontre les figures emblématiques de l’univers médiéval et fantastique, ces dernières peuvent aussi être réinventées. Les séries jeunesse, comme Dragon Tales ou Wakfu, montrent bien l’évolution de la figure du dragon. S’il conserve une apparence médiévale, il n’est plus un monstre que le héros combat : il est désormais son allié. Dans d’autres séries, les personnages clés du monde arthurien sont revisités. Dans la série éponyme de la BBC, Merlin apparaît sous les traits d’un jeune homme. ʿUmar déplace la vision européocentrée, et surtout christianocentrée, du téléspectateur pour s’intéresser à l’islam médiéval, finalement peu abordé dans un cadre filmographique, sauf pour évoquer les croisades. Ces séries sont enfin l’occasion de renvoyer à notre monde contemporain. La carte de Westeros que contemple Cersei n’a pas grand-chose à voir avec les représentations spatiales des médiévaux. Objet rare au Moyen Âge, elle n’a en fait pas la fonction géopolitique que les séries veulent bien lui prêter. Inutile donc de s’imaginer des conseils de guerre fébriles réunissant des médiévaux autour d’une carte… D’autres allusions contemporaines se glissent parfois de manière inattendue dans les séries. On apprendra ainsi que derrière l’univers de Thierry la Fronde, peut se lire l’Occupation allemande de 1940. Le héros Thierry de Janville, qui s’oppose aux Anglais lors de la guerre de Cent Ans, devient alors pour le téléspectateur des années 1960 l’incarnation d’un maquisard tenant tête à l’occupant. En fin de compte, au-delà du Moyen Âge, ces séries nous parlent de nous et de notre rapport à cette époque aimée, mais aussi malmenée.

Pour aller plus loin

  • Le numéro de Médiévales est toujours disponible ici, et vous pouvez également réécouter l’émission que Passion Médiévistes y a consacré !
  • Vincent Ferré (dir.), Médiévalisme : modernité du Moyen Âge, Paris, L’Harmattan, 2010.

Une réflexion sur “Le Moyen Âge en séries

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s