Qui sommes-nous ?

Le Moyen Âge, aujourd’hui encore, continue à fasciner. Or notre travail, d’historiens, de doctorants et de médiévistes, c’est de lire ce Moyen Âge : lire ses textes, ses images, ses objets et ses vestiges archéologiques pour tenter, à partir de ces fragments de mémoire, de reconstruire un monde radicalement différent du nôtre, mais qui continue à informer en profondeur la nôtre.

Dans les voix du Moyen Âge, nous entendons souvent les échos de notre temps. Ce sont ces bruits que nous proposons de vous faire partager sur ce site. Sans prétention ni position d’autorité, proposant des opinions qui n’engageront que nous, nous mettrons en rapport les temps d’hier et d’aujourd’hui, pour vous faire part de nos réflexions, de nos idées, de nos combats aussi. Il ne s’agit en aucun cas d’apporter, dans une posture surplombante, des réponses à des questions et à des problèmes contemporains. Tout au plus, en rapprochant des moments et des situations, nous souhaiterions rappeler que derrière les tremblements de terre du présent jouent toujours les lents mouvements des plaques tectoniques de l’histoire.

Fernand Braudel, dans sa dernière leçon, très peu de temps avant de mourir en avril 1985, soulignait que « le présent est parfois plus proche du passé que de l’avenir ». C’est à ce rapprochement que nous espérons contribuer. Pour apporter, peut-être, dans un monde asphyxié par des vues à court terme, une bouffée d’air – une bouffée d’ère ?

Nous sommes tou.te.s doctorant.e.s ou docteur.e.s médiévistes à Sorbonne Université (anciennement Paris-Sorbonne, alias Paris IV. Nous aussi, on s’y perd). Nous travaillons en collaboration avec le site Nonfiction, qui republie depuis l’origine tous nos posts ; vous pouvez également nous retrouver sur The Conversation, dans une rubrique intitulée Vu du Moyen Âge.

Florian

Je travaille sur les États latins d’Orient, fondés après le succès de la première croisade. Dans une approche croisant l’histoire et l’anthropologie politique, je m’intéresse aux pratiques du pouvoir de l’aristocratie franque, entre 1097 et 1228. Retrouvez mes articles ici !

Pauline

J’étudie la communauté des Vénitiens à Constantinople après la prise de la ville par les Ottomans. Mon approche est culturelle et sociale : tout en m’intéressant à la perception de l’autre, j’essaie de comprendre comment des sociétés habituées au contact organisent leurs interactions. Pour en savoir plus sur ce travail, cliquez ici !

Catherine

Je travaille sur le milieu du livre et de l’imprimerie à Venise, entre 1469, date du premier livre imprimé dans la lagune, et les années 1530. J’essaie de réaliser une histoire économique et sociale des acteurs impliqués dans la nouvelle invention. Vous pouvez retrouver plus de détails sur cette page.

Annabelle

Je m’intéresse à la noblesse féminine en Castille à la fin du Moyen Âge. J’étudie les pratiques de pouvoir par ces femmes de la haute noblesse ainsi que leurs liens avec la reine Isabelle la Catholique. J’essaie d’apporter des éléments d’analyse nouveaux sur l’histoire d’une femme en faisant l’histoire des femmes. Pour plus de précisions, cliquez ici.

Maxime

J’étudie la naissance des communes en Italie, régimes républicains gérant initialement une ville mais qui finissent par dominer leur campagne et agir comme de petits États indépendants. Je tente de comprendre comment les changements politiques que connaît l’Italie au XIe et XIIe siècles sont liés à des évolutions démographiques, économiques et sociales. Pour plus de détail, rendez-vous sur cette page.

Simon

Mes recherches portent sur les seigneurs latins installés dans les anciens territoires de l’empire byzantin dont ils se sont emparés à la suite de la Quatrième croisade, en 1204. J’essaie de comprendre comment ces seigneurs venus d’Europe de l’ouest, en s’implantant dans un nouvel environnement, face à des populations et des cultures différentes, ont adapté leurs pratiques politiques. Pour plus d’information, c’est par ici !

Tobias

Mes travaux portent sur les sociétés urbaines de l’espace baltique à l’époque de la formation de la Hanse allemande (XIIe-XIIIe siècle). Je m’interroge sur la manière dont celle-ci a influencé la perception et le statut juridique des marchands étrangers dans les villes allemandes, scandinaves et russes. Si vous voulez en savoir plus, rendez-vous sur cette page !

Publicités