Henri II Plantagenêt et les sangliers radioactifs du Japon

43990536La disparition des grands prédateurs entraîne parfois la multiplication incontrôlée de certaines espèces. La preuve que l’équilibre des écosystèmes est toujours très fragile…

Le Japon, envahi par les sangliers ? Ce n’est pas un remake de Princesse Mononoké mais une véritable information : sous l’effet du vieillissement de la population, qui tend à se concentrer dans les centres urbains, les campagnes sont peu à peu désertées par l’homme et les sangliers se multiplient, sans aucun prédateur pour limiter leur nombre. Voilà un problème qui ne serait pas passé inaperçu au Moyen Âge. Car les médiévaux prennent très au sérieux la question du nombre d’animaux.

Tuons la bête !

C’est que 95 % de la population européenne, au moins, vit alors de la terre et à la campagne. Le bétail coûte cher et il est à la base de l’économie rurale. Dès lors, la présence des grands prédateurs – loups, lynx, renards – est une menace de tous les instants. Le « grand méchant loup » est un mythe médiéval, qui traduit une véritable peur du prédateur.

Tellement que certains royaumes vont lui faire la guerre. Dès le VIIIe siècle, Charlemagne crée ainsi les luparii, des chasseurs de loups professionnels qui sont récompensés par une prime pour tout animal abattu. En échange de leurs services, jugés vitaux, ils bénéficient d’un ensemble de privilèges, notamment l’exemption du service militaire : la chasse au loup est clairement pensée comme l’équivalent de la guerre contre les ennemis du roi.

Ces efforts, poursuivis pendant plusieurs siècles, entraînent fort logiquement une diminution massive du nombre d’animaux. C’est encore plus facile en Angleterre, car son statut d’île lui permet en effet de mieux maîtriser sa population d’animaux. Le lynx est ainsi totalement exterminé vers le Ve siècle après Jésus-Christ. L’ours disparaît probablement à la même époque. Quant au loup, il commence à être systématiquement traqué dans l’Angleterre du Xe siècle : le roi Athelstan impose ainsi un tribut de 300 peaux de loups annuelles au royaume gallois. Au XIIe siècle, Henri II Plantagenêt augmente la prime sur la tête des loups, qui s’établit à 5 shillings, une somme conséquente : une vache coûte environ 5 shillings, un porc 2 shillings. Tuer un loup représente donc un bonus non négligeable.

c64_616

Après le cochon pendu, voilà le loup suspendu

Le roi précise également dans plusieurs codes de lois que le loup n’est pas considéré comme un animal protégé – à cette époque, en effet, le roi cherche à se réserver un monopole de chasse et invente ainsi le crime du « braconnage ». Mais les loups sont mis à part et personne ne peut être condamné pour en avoir tué un. Henri II va même plus loin pour encourager les gens à tuer des loups : toute personne blessée lors d’une chasse au loup recevra un dédommagement du roi. A cette époque, on voit également des nobles recevoir des terres du roi à la condition expresse de massacrer tous les loups qu’ils y trouveront. Enfin, le roi Edouard Ier (1272-1307) ordonne l’extermination de tous les loups du nord de l’Angleterre, à une époque où l’animal a quasiment disparu dans le sud du royaume. Progressivement, ces efforts portent leur fruit : le dernier loup d’Angleterre est tué au début du XVIe siècle.

Le loup, responsable de la crise économique ?

Cette politique s’inscrit dans le contexte des « grands défrichements », cette conquête progressive des espaces forestiers par une Europe médiévale en pleine expansion démographique. Les deux super-prédateurs que sont l’homme et le loup se livrent à une véritable compétition pour les espaces naturels et les ressources. Dans les lois d’Henri II citées plus haut, on voit bien que la chasse au loup accompagne l’extension humaine sur de nouveaux territoires. Au contraire, dans les périodes d’effondrement démographique, les populations de loups augmentent à nouveau. C’est surtout le cas durant la Peste Noire au XIVe siècle, la guerre de Cent Ans du XIVe au XVe siècle, puis pendant les guerres de religion. Au Japon, l’augmentation du nombre de sangliers est de même reliée à la catastrophe de Fukushima : une région entière a été dépeuplée, permettant à la faune de se reproduire tranquillement – au passage, ces sangliers risquent d’être radioactifs, ce qui inquiète plus d’un scientifique. On n’est vraiment pas si loin de Princesse Mononoké

1863584539_small_1

Grand cerf grand cerf guéris moi…

Les enjeux économiques sont de taille. La raréfaction du nombre de loups en Angleterre est ainsi un avantage comparatif déterminant qui sous-tend l’essor du cheptel ovin anglais, lui-même venant alimenter la fortune du royaume et de ses souverains à une époque où l’industrie de la laine est l’une des premières d’Europe. Pour le dire autrement, si le roi d’Angleterre a, pendant plusieurs décennies, les moyens de faire la guerre à un royaume de France huit fois plus peuplé que le sien, c’est en partie parce qu’il y a moins de loups chez lui… ! Comme quoi, se pencher sur la question des animaux, c’est aussi une manière de faire de la politique.

Réintroduire des prédateurs

Aujourd’hui, les préoccupations ont radicalement changé : à force de trop efficacement massacrer les prédateurs, on se trouve en effet démunis contre les proies… En Angleterre, on en est donc à réintroduire des lynx pour contrôler la prolifération des cerfs. Idem Aux États-Unis, dans le parc de Yellowstone. Mais on sait aussi à quel point le « retour du loup » fait débat en France, opposant violemment éleveurs et écologistes, dont les intérêts semblent pour le moins opposés…

Bref, en réintroduisant des prédateurs, on réalise que l’on est très loin de comprendre et de maîtriser les équilibres des écosystèmes. C’est assez inquiétant, car ces prises de conscience adviennent au même moment où les équilibres sont en train de se rompre. Et ça ne va pas aller en s’arrangeant. La moitié des espèces risquent en effet de disparaître si rien n’est fait pour stopper le réchauffement climatique.

Et cette disparition, contrairement au Moyen Âge, ne va pas s’étaler sur cinq ou six siècles : nous sommes en train de le faire en cinq ou six décennies. L’avenir s’annonce comme un monde sans animaux. À la question « loup y es-tu ? », la réponse risque bien de devenir un définitif « non ».

Pour en savoir plus

  • Robert Delort, Les animaux ont une histoire, Paris, Seuil, 1984.
  • Fabrice Mouthon, L’homme et la nature au Moyen Âge, Paris, La Découverte, 2017.
  • Thomas Pfeiffer, « Le loup en Alsace : de mémoire d’homme », Revue d’Alsace, n° 132, 2006, p. 175-203.

Florian Besson et Pauline Guéna

Publicités

Toutes les routes mènent-elles vraiment à Rome ?

Extrait_Tablede_Peutinger_Secteur_Rhône_et_AlpesCette semaine, Actuel Moyen Âge s’associe avec l’excellent blog Passeur d’échos pour vous proposer, à l’heure de la réforme de la SNCF, une petite histoire des routes entre Antiquité et Moyen Âge !

Les routes et l’empire

Sur le Forum romain, non loin de la tribune des Rostres d’où les orateurs haranguaient la foule, s’élevait une borne probablement recouverte de bronze doré marquant le point de départ des routes romaines, le Miliarium aureum, « le Miliaire d’or » et portant sur ses flancs la distance entre la capitale et les principales villes de l’Empire. Érigé là par l’empereur Auguste en 20 av. J.-C., les vestiges de ce petit monument à la forte valeur symbolique sont encore visibles devant le Temple de Saturne. Ce point zéro du réseau routier romain peut être considéré comme le centre de l’Empire.

Lire la suite

De la culture du cheval à l’idéologie de la bagnole

chevalLa piétonisation des voies sur berge parisiennes a encore défrayé la chronique… Si le Moyen Âge était fou de cheval, nous sommes fous de voitures : un marqueur social pas si éloigné finalement.

Le mois dernier, les Parisiens ont suivi le dernier rebondissement du grand match des voies sur berge : est-ce que ces trois km qui courent le long de la Seine ‒ sûrement parmi les trois plus beaux kilomètres du monde en termes d’architecture soit dit en passant ‒ doivent appartenir aux voitures ou aux piétons ? La piétonisation a été bloquée parce que les bénéfices en termes de non-pollution étaient jugés insuffisants (oui, trois kilomètres…). Mais est-ce vraiment là que le débat se joue ? Ces trois kilomètres ne sont-ils pas une vitrine pour un problème plus large : celui de nos modes de transport ?

Lire la suite

Une « start-up nation » sur les rives de la Baltique

hanse.jpg

Aujourd’hui, on accueille une nouvelle plume dans Actuel Moyen Âge, Tobias Boestad ! Il revient sur cette sortie présidentielle : la France, une start-up nation ? Le fonctionnement de la Hanse au Moyen Âge, déjà, était une nation d’entrepreneurs…

Les premiers mois de la présidence d’Emmanuel Macron ont été riches en mesures et déclarations encourageant à entreprendre, à tous les niveaux. Une politique résumée par cette formule, prononcée le 15 juin 2017 au salon Viva Tech et constamment relayée depuis : « I want France to be a start-up nation ». Mais si l’ « entrepreneur est la nouvelle France », le discours présidentiel aurait pu être prononcé en substance à Lubeck, à Gdansk ou dans n’importe quelle ville de la Hanse allemande (cette communauté de marchands et de villes marchandes) vers 1400 – à la seule différence qu’il y aurait enfoncé des portes ouvertes.

Lire la suite

Vendre des hommes

1423674071.jpg

Les images récemment tournées par CNN et vues dans le monde entier font froid dans le dos : des hommes vendus aux enchères. « Des jeunes gens forts, pour le travail de ferme » dit le vendeur, et les prix montent jusqu’à ce que la vie d’un homme, noir de peau, passe en d’autres mains.

Nouveaux hommes, pratiques anciennes

On connaissait déjà le trafic des passeurs, qui s’enrichissent sur la misère, le désespoir et les espoirs de ceux qui quittent leur domicile pour chercher une vie meilleure ailleurs. Par ces quelques secondes de capture vidéo, les journalistes ont pu vérifier ce que les ONG et les migrants une fois arrivés disaient déjà : certains migrants d’Afrique subsaharienne, qui espéraient atteindre l’Europe et dont le chemin s’est arrêté en Lybie en raison du durcissement des contrôles douaniers, sont réduits en esclavage et vendus.

La scène rappelle des pratiques que tout être raisonné ne peut que souhaiter révolues et que même l’historien, qui goûte pourtant peu l’exercice, ne peut qualifier que « d’un autre temps ». D’un autre temps en effet, car sans doute sans le savoir, ces sinistres marchands d’homme libyens ressuscitent des pratiques et des réseaux qui animaient les côtes méditerranéennes de l’Afrique il y a plusieurs siècles.

Lire la suite