Le confesseur et l’avortement

Gynaecological_texts,_Caesarean_section_Wellcome_L0000846

Aujourd’hui, Actuel Moyen Âge a l’honneur de publier un article de Véronique Beaulande, maître de conférence HDR à l’université de Reims, spécialiste de l’histoire de la justice de l’Église au Moyen Âge. Le livre tiré de sa thèse de doctorat, Le malheur d’être exclu ? Excommunication, réconciliation et société à la fin du Moyen Âge (2006) a fait date dans l’étude de cette procédure d’exclusion de la communauté chrétienne. Dans l’article d’aujourd’hui, Véronique Beaulande aborde la question de l’avortement et du regard des théologiens sur cette pratique condamnée par l’Église… mais avec plus de subtilités qu’on ne le croit souvent.

La question de l’avortement agite régulièrement les sociétés occidentales contemporaines, y compris celles où il est dépénalisé / légalisé depuis un temps certain. On voit régulièrement des manifestations anti-IVG, les réseaux sociaux bruissent de ce qui se dit « pour » et « contre », les sites d’un « camp » ou de l’autre se répondent. L’argument principal anti-IVG reste la suppression d’une vie, d’un être humain « en devenir ». L’avortement relève, pour celles et ceux qui entendent qu’il reste ou redevienne un crime (au sens pénal du terme), de l’homicide. Les partisans de la légalisation de l’avortement traitent régulièrement de « moyenâgeux » cet argument, considérant comme une évidence que l’avortement est un crime au Moyen Âge, formellement interdit et passible des peines les plus terribles que le Moyen Âge a pu inventer – ce qui contribuerait par ailleurs à l’aliénation de la femme médiévale, sujet bien plus vaste que ce modeste texte.

Lire la suite

Publicités

Saint Maurice et Captain America, des héros noirs ?

Hier est sorti le dernier Marvel, Thor : Ragnarok. Les héros de ces films s’adaptent aux évolutions de la société. De même au Moyen Âge, certains saints sont profondément transformés.

Mauritius_KopfLa compagnie Marvel, qui, à part produire quatre blockbusters par an depuis dix ans et pour les trente prochaines années, fait aussi des comics (si, si), s’est engagée depuis quelques années dans un vaste processus d’adaptation des héros à la société contemporaine.

On a vu notamment apparaître des héros gays, des héroïnes lesbiennes et des héro.ïne.s trans.

Surtout, Marvel joue sur la nationalité de certains héros : Miss Marvel devient indienne et Captain America devient noir, Sam Wilson (alias le Faucon) remplaçant Steve Rogers.

Lire la suite