Jacques Cœur et Emmanuel Macron, de la banque au pouvoir ?

800px-statue_jacques_coeur

La mobilité sociale est-elle plus forte aujourd’hui qu’au Moyen Âge ? On vous propose de regarder d’un autre œil un certain candidat à la présidentielle…

Du Moyen Âge, on retient souvent sa société d’ordres, ses cortèges, ses corporations, tout ce que Tocqueville, un penseur politique du XIXe siècle, a pu appeler les « individualismes collectifs » opposant un vaste « Ancien Régime » à un monde quelque peu nouveau, selon lui, après 1789. Pourtant, la mobilité sociale existait bel et bien ! On pouvait toujours sortir ou entrer au sein de ces ordres, de ces hiérarchies bien ordonnées. La société médiévale était un assemblage de groupes, toujours organisés, mais souvent flous et ductiles. Les sources le montrent puisque les mots des greffiers, des notaires, ou des chroniqueurs révèlent d’infinies variations de statut qui attestent de l’extraordinaire richesse et complexité de la société médiévale. Hier, comme aujourd’hui, être un transfuge social, changer de groupe ou de catégorie sociale n’est pas chose aisée, ni chose bien vue. L’ascension de Jacques Cœur, représentant d’un groupe de manieurs d’argent, qui accède par des moyens économiques à un pouvoir politique inédit, dans un contexte de crise multiforme de la société, mérite d’être rappelée…

Lire la suite

Trop de fonctionnaires ?

charlesviiTrop de fonctionnaires ? Ou pourquoi choisir quel secteur privatiser, c’est choisir l’État que nous voulons pour demain.

Depuis que François Fillon a été élu à la primaire des Républicains avec, entre autres, la promesse de réduire de 500 000 le nombre de fonctionnaires durant son quinquennat, la question est relancée dans les médias : y a-t-il trop de fonctionnaires en France ?  Evidemment la question n’est pas celle de la suradministration : droite comme gauche tendent même à se rejoindre sur la nécessité d’embaucher dans les secteurs de l’éducation   et de la défense. La vraie question, c’est celle du prix : pouvons-nous toujours – Français du XXIe siècle – nous permettre les services que l’Etat nous délivre depuis notre naissance ?

Trop, c’est combien ?

Entre trop et pas assez, comment savoir où placer le curseur ? On adopte souvent l’angle de la comparaison avec l’international : en effet, le nombre de fonctionnaire par habitant resterait dans la moyenne des pays de l’OCDE, tandis que ce qui pèserait vraiment sur le budget serait le poids de l’emploi public en général. Pourquoi ne pas tenter aussi une comparaison avec le passé ? Depuis quand, exactement, y a-t-il trop de fonctionnaires ?

Lire la suite

Le tabou de l’argent

argent.jpgPourquoi sommes-nous toujours mal à l’aise lorsque nous parlons d’argent ? C’est en partie à cause des chansons de geste et de l’Église médiévale…

Il y a peu, mon banquier s’est moqué de moi : vu mon nombre d’années d’études, il trouvait que j’étais vraiment sous-payé. Ça m’a un peu agacé, alors j’ai demandé à mes amis combien ils gagnaient – c’est-à-dire à mes amis qui ne sont pas doctorants en histoire médiévale, car, oui, il m’en reste quelques-uns… ou du moins il m’en restait avant ce post. Car j’avais oublié qu’on ne parlait pas d’argent, en particulier en France. C’est mal vu de demander à quelqu’un combien il gagne, et, même entre amis, on en parle peu, et non sans une certaine gêne. A priori, ce tabou de l’argent, plus ou moins fort en fonction de l’âge et de la condition sociale, n’a rien de naturel : comme tous les tabous, il résulte d’une construction historique.

Lire la suite

L’offshore des croisés

637px-Quentin_Massys_001.jpg 

Le scandale des Panama Papers pousse à se tourner vers une autre forme d’évasion fiscale : les comptoirs commerciaux des Vénitiens en Terre sainte, à l’époque des croisades…

 

Le choc de l’offshore

Depuis le début de la semaine, les Panama Papers ébranlent le monde : un travail exceptionnel de journalisme d’investigation a conduit à des révélations-chocs, qui elles-mêmes mènent à d’importantes manifestations, notamment en Islande, où le premier ministre a démissionné mardi. On sait depuis longtemps à quel point la classe politique dans son ensemble ne répugne pas à l’évasion et à la fraude fiscale – pensons à Jérôme Cahuzac… Mais ce qui choque dans les paradis fiscaux, c’est leur aspect institutionnel, le fait qu’ils soient la norme pour certains grands de ce monde, comme si on avait affaire à une pratique légale, officielle.

Lire la suite