Liberté d’informations

saint amrc.jpg

Alors que le Venezuela ferme ses médias, rappelons que la liberté d’informations est un droit durement acquis, aujourd’hui, comme sur la place Saint-Marc en 1512…

Un beau jour de juillet 1512, les gens s’agitent sur la place Saint-Marc de Venise. Un garçon vend le texte imprimé d’une chanson qu’il chante lui-même probablement à qui veut l’entendre. Le texte se moque des Français qui auraient été défaits par les Anglais. Un sbire qui passait par là s’échauffe. « Tu en mens par la gueule » dit-il à l’enfant. Après une probable agression, le garçon se rend au palais pour se plaindre à la Seigneurie. Les capitaines de la garde sont chargés de se saisir du triste sire, mais ne peuvent le trouver.

Lire la suite

Publicités

L’Europe (médiévale) n’existe pas

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/41/Tizian_085.jpg/800px-Tizian_085.jpg

Alors que des politiques de droite comme de gauche font leur fond de commerce de la critique de l’Europe, il n’est peut-être pas inutile de rappeler d’où cette idée européenne.

C’est une chose étrange que l’Europe… Géographiquement, c’est un continent dont les limites sont bien difficiles à définir. Politiquement, c’est un espace qui s’est régulièrement prétendu uni par diverses caractéristiques, mais qui ne l’a jamais véritablement été. Plus récemment, c’est aussi le bouc émissaire de tous nos soucis, sans que personne n’arrive vraiment à dire précisément si c’est parce qu’elle contrôle trop ou pas assez…

Le concept même d’Europe ne va pas de soi. On pourrait remonter jusqu’à la belle jeune fille emportée par Zeus qui s’était transformé en taureau pour la séduire… Mais bon, à part dire que l’Europe vient de Grèce et qu’elle est belle – et crédule –, ça ne nous dit pas grand-chose. À la suite des Grecs, Europa est un terme qui en vient à désigner une étendue de terre, la Grèce, puis tout ce qui est au nord-ouest du détroit du Bosphore. C’est une terminologie savante et qui n’apparaît pas dans le langage courant avant bien tard.

Mais ce qui m’intéresse davantage, ce n’est pas comment les géographes ont choisi de désigner cette partie du monde, mais plutôt comment est-ce que ce terme technique en est venu à désigner une réalité politique, culturelle, bref ce que beaucoup de gens appellent une civilisation.

Lire la suite

Charlemagne vs Eminem : les Battles avant les Rap Contenders

charlemagne-empire-byzantin-iconoclasme.jpg

Vous cherchez le point commun entre Charlemagne et les rappeurs ? Ils ont tous le flow…

Vanner quelqu’un, on est tous capable de le faire. Mais certains sont vraiment plus doués que d’autres pour mettre à l’amende leurs interlocuteurs. On en a même fait un art, pratiqué lors des battles de rap, dans des grandes scènes de joutes verbales en public.

Si vous l’avez manqué, jetez un œil à Eminem séchant Papa Doc dans la dernière scène de 8 miles. Eminem a une stratégie unique : dénoncer lui-même ses propres faiblesses pour couper l’herbe sous le pied de son adversaire. En général, en battle, on fait le contraire : on expose toutes les faiblesses de l’autre. Regardez Nekfeu : pas besoin d’être le plus musclé, il faut juste avoir plus de tchatche, aller plus loin dans les délires de domination physique, sociale, sexuelle. Et là, il est vraiment le plus efficace.

C’est un jeu qui est né dans une culture très compétitive : celle du rap américain. Or ce genre de jeu était aussi pratiqué par les riches – par les nobles même, au Moyen Âge.

Lire la suite

Les Jacques ont voté Trump

jacquerieAprès la sidération, comment comprendre les élections américaines ?   Assiste-t-on à une un nouveau type de Jacquerie ?

Le monde et les États-Unis se réveillent en pleine gueule de bois. Tous les États-Unis ? Non bien sûr… La moitié de la population a voté pour Donald Trump, et ce n’est pas quelque chose que l’on peut minimiser en taxant plus de 50 millions de personnes d’ignorance ou en les dépeignant simplement comme ayant cédé aux sirènes du populisme. Il me semble que le vote de lundi a quelque chose des révoltes populaires, qui apparaissent aussi dans les chroniques médiévales.

1358 : la Guerre de Cent Ans bat son plein. La situation française n’est pas radieuse… Le roi d’Angleterre mène une guerre de pillage qui dévaste le territoire. Les années passent, et les rois de France successifs ne parviennent pas à rétablir la situation. En plus de l’armée anglaise, les mercenaires pillent les campagnes à leur compte sans que les nobles ne parviennent à les arrêter. L’autorité royale est terriblement affaiblie et Jean II le Bon est même fait prisonnier en 1356 lors de la bataille de Poitiers. Clairement, on a connu des jours meilleurs…

Le royaume est donc en plein chaos. Étant donné la situation financière catastrophique, on multiplie les impôts, des taxes sont créées. L’agitation règne à Paris avec la révolte menée par Étienne Marcel. Mais ce n’est pas de la capitale dont il faut parler aujourd’hui : c’est des campagnes et des paysans, dont on dit souvent qu’ils apparaissent peu dans les sources mais qui, à ce moment-là, font entendre leur voix et se révoltent : c’est la Grande Jacquerie.

Lire la suite

Turquie : le coup d’Etat réussi du 17 juillet… 1203

1

Retour sur un autre coup d’État de juillet qui bouleversa Istanbul, quand la ville s’appelait encore Constantinople…

Il y a six jours, à Istanbul, le gouvernement d’Erdogan a écrasé une tentative de coup d’État menée par une partie des forces armées. L’événement évoque des souvenirs au médiéviste, tant les révoltes et les tentatives de coup d’État sont nombreuses dans l’empire byzantin. En effet, la majorité des dynasties arrivent au pouvoir dans des circonstances violentes, en s’appuyant sur l’armée et en éliminant l’ancien empereur ainsi que sa famille. En bons amateurs de théâtre, respectons l’unité d’action – on va parler d’armée et d’un coup d’État –, de lieu – Istanbul, encore appelée Byzance – et de temps – nous sommes le 17 juillet, mais quelques siècles plus tôt.

Lire la suite