« Les femmes s’épilent pour plaire aux hommes »

Giorgione_-_Sleeping_Venus_-_Google_Art_Project_2

Aujourd’hui, avec le retour du beau temps et des maillots de bain, parlons épilation ! Les femmes et les hommes médiévaux s’épilent, mais pas tous de la même façon…

Madmoizelle (oui, les médiévistes AUSSI lisent Madmoizelle, je ne vois pas pourquoi c’est drôle) fait une super couverture ce mois-ci autour de la question de la pilosité féminine (#MaiPoils). Au fait, vous saviez qu’on s’épilait déjà au Moyen Âge ?

Lire la suite

Publicités

Femmes de sciences

Femme de science.jpg

La science, c’est féminin… même si les scientifiques sont souvent des hommes ! Et au Moyen Âge, quelle place pour les femmes de sciences ?

La sortie du film Les figures de l’ombre a mis sur le devant de la scène le rôle de femmes, noires qui plus est, dans le développement des programmes spatiaux de la NASA. Ces personnes subissaient alors un double handicap : noires, elles ne pouvaient pas accéder aux postes de responsabilité réservés aux blancs dans une Amérique ségréguée ; femmes, elles étaient considérées comme moins intelligentes, moins douées en science que les hommes.

Le Moyen Âge ne pensait pas l’aptitude aux sciences en termes de race : les savants arabes ont été abondamment utilisés par les universitaires, que ce soit pour comprendre Aristote, pour la médecine… Les femmes en revanche ont une place bien plus discrète dans le développement de la science. Les universités sont pendant longtemps réservées aux clercs, donc par définition fermées aux femmes. L’instruction de celles-ci se fait dans un cadre privé, même si elles sont bien plus nombreuses à savoir lire, écrire et compter qu’on ne l’a longtemps dit. Toujours est-il que ne gravissant pas les échelons universitaires, elles sont rares à acquérir des compétences pointues en philosophie, en rhétorique, en mathématiques, ou en théologie, qui est la science-reine du Moyen Âge.

Lire la suite

Être une bonne mère

nature_forging_a_babyArrêtons-nous sur les « mères cruelles » médiévales… sont-elles le reflet des « mauvaises mères » d’aujourd’hui ? un vrai enjeu de l’égalité des genres !

Avoir des enfants, ce n’est pas nouveau, n’est pas une affaire équilibrée entre hommes et femmes. Un homme sur neuf prend un congé parental, contre une femme sur deux ; et pourtant, la maternité se combine de plus en plus avec travail.

Plusieurs articles récents ont attiré l’attention sur le décalage entre une représentation idéale de la maternité et la réalité des choses. L’image de la mère parfaite et épanouie, jonglant sans peine entre les devoirs et les activités extra-scolaires, ses deux séances de yoga par semaine et les félicitations de ses patrons pour son investissement dans son entreprise, n’est pas seulement fausse, elle est aussi dangereuse. Prétendre que la maternité est un long fleuve tranquille, qu’il est simple, avec de la bonne volonté, de mener sa vie professionnelle avec des enfants tout en gardant un équilibre physique, mental et affectif, tout ceci est un mensonge qui ne sert qu’à faire culpabiliser les femmes qui rencontrent des difficultés au jour et le jour. L’image qu’on leur renvoie leur dit qu’elles ont tort de craquer, qu’elles devraient pouvoir tout mener de front ; le jugement des autres peut être tout à la fois hâtif et injuste envers ces « mauvaises mères ».

Comme tous les modèles, celui de la « bonne mère » est une construction historique. Alors que la maternité paraît l’une des choses les plus naturelles du monde, elle concentre en réalité toutes les représentations les plus profondes de la société sur les rôles des hommes et des femmes, sur la famille et les relations de pouvoir en son sein, sur les enfants et « la bonne manière » de les élever. Le Moyen Âge n’y fait pas exception et la figure maternelle peut également faire le grand écart entre la mère idéale et la mère indigne.

Lire la suite

Colomb découvre… le clitoris

sheelawiki

Ne jetez pas vos manuels d’histoire au feu : on ne parle pas de Christophe Colomb, marin génois du XVe siècle vaguement connu pour son voyage vers l’ouest, mais de Matteo Realdo Colombo, médecin italien du XVIe siècle. Ce dernier est notamment professeur d’anatomie à l’université de Padoue entre 1544 et 1559. Quelques mois après sa mort, ses deux fils, Lazare et Phoebus (oui, on s’appelle vraiment comme ça au XVIe siècle) publient son unique ouvrage, le De Re anatomica.

Il y décrit notamment la circulation du sang dans les poumons, même s’il faut encore attendre presqu’un siècle pour que Harvey comprenne le rôle que joue le cœur dans la circulation du sang. Vers la fin de son livre, Colombo revendique la découverte du clitoris, dont il identifie précisément la fonction érogène. Glorieuse découverte, qui fait d’ailleurs des jaloux : un collègue, Fallopio – si vous ne savez pas ce que lui a découvert, ressortez vos manuels de SVT –, accuse Colombo de plagiat en disant que c’est lui qui l’a découvert en premier…

Lire la suite