Vendre des hommes

1423674071.jpg

Les images récemment tournées par CNN et vues dans le monde entier font froid dans le dos : des hommes vendus aux enchères. « Des jeunes gens forts, pour le travail de ferme » dit le vendeur, et les prix montent jusqu’à ce que la vie d’un homme, noir de peau, passe en d’autres mains.

Nouveaux hommes, pratiques anciennes

On connaissait déjà le trafic des passeurs, qui s’enrichissent sur la misère, le désespoir et les espoirs de ceux qui quittent leur domicile pour chercher une vie meilleure ailleurs. Par ces quelques secondes de capture vidéo, les journalistes ont pu vérifier ce que les ONG et les migrants une fois arrivés disaient déjà : certains migrants d’Afrique subsaharienne, qui espéraient atteindre l’Europe et dont le chemin s’est arrêté en Lybie en raison du durcissement des contrôles douaniers, sont réduits en esclavage et vendus.

La scène rappelle des pratiques que tout être raisonné ne peut que souhaiter révolues et que même l’historien, qui goûte pourtant peu l’exercice, ne peut qualifier que « d’un autre temps ». D’un autre temps en effet, car sans doute sans le savoir, ces sinistres marchands d’homme libyens ressuscitent des pratiques et des réseaux qui animaient les côtes méditerranéennes de l’Afrique il y a plusieurs siècles.

Des routes d’esclaves bien connues

À la fin de l’Antiquité, le christianisme n’a jamais éradiqué le fait que des hommes possèdent d’autres hommes.

Reeve_and_Serfs.jpg

Mais l’esclave au sens antique, que l’on fait travailler à l’atelier et dans la maison, n’a jamais disparu. Le haut Moyen Âge connait un grand commerce d’esclaves, capturés au fil des guerres. Toutefois, dès le VIIe siècle, les autorités religieuses n’acceptent plus le commerce de chrétiens qui reconnaissent l’autorité du pape. À l’époque de Charlemagne, on réduit facilement en esclavage les Saxons païens, puis les captifs slaves. Le terme sclavus, qui apparaît au Xe-XIe siècle, trahit d’ailleurs bien l’origine de la majorité de ces hommes, puisqu’il dérive directement de Slave… La pratique se poursuit jusqu’à la fin du Moyen Âge. Dans la première moitié du XVe siècle, un grand marchand vénitien comme Giacomo Badoer, fait commerce de draps, d’huile, d’épices… et d’esclaves. Les Vénitiens sont particulièrement actifs pour acheter puis vendre des chrétiens hérétiques capturés dans les Balkans et des chrétiens orthodoxes.

C’est que, à partir de l’An Mil, les réseaux de la traite se sont nettement redirigés vers la Méditerranée. Les ports commerciaux comme Ceuta, Tunis, Tripoli ou Alexandrie sont fournis en esclaves noirs capturés dans deux espaces principaux de l’Afrique subsaharienne : les frontières des empires soudanais ainsi que du lac Tchad d’une part, la haute vallée du Nil et le Soudan d’autre part. Les caravanes vont et viennent et certains de ces esclaves vendus sur les rives Méditerranéennes de l’Afrique finissent en Europe. Après avoir transité par Constantinople, Venise, Gênes, Marseille, Barcelone, Séville, Lisbonne ou ils se retrouvent à exercer des tâches essentiellement domestiques pour leurs nouveaux maîtres. C’est à partir de ces réseaux bien établis que les grands marchands européens vont ensuite se lancer vers la traite atlantique. Mais la plupart des esclaves vendus en Europe sont d’origine slave : sur les 357 esclaves vendus à Florence entre 1366 et 1397, 78% (23 hommes et 251 femmes) sont Tartares, 8,6 sont Grecs (2 hommes et 28 femmes), les Russes 3,7% et les Turcs 2,3%. Pour que les zones d’approvisionnement de l’Europe basculent définitivement en Afrique, il faudra que l’Empire ottoman conquiert la mer Noire, détournant à son profit les flux d’esclaves qui viennent de cette région.

Une bonne partie des subsahariens réduits en esclaves sont vendus en terre d’Islam : l’Égypte mamelouke ou l’empire Ottoman figurent parmi les deux plus grands espaces esclavagistes. À cette époque aussi, la Libye est l’une des plaques tournantes du commerce esclavagiste.

Principales-routes-du-commerce-d-esclaves-du-XIIe-et-XIVe-siecle_large_carte

Être esclave sur les rives de la Méditerranée

Ainsi, avant les déportations massives vers les Amériques, l’esclavage est courant sur les rives méditerranéennes au Moyen Âge. Les hommes sont présents dans les grands domaines céréaliers ou dans les mines, surtout en Sicile, dans les îles Baléares, certaines zones du royaume de Valence et de l’Italie méridionale. Les femmes, quant à elles, sont particulièrement demandées en ville et en particulier dans les grandes cités marchandes du nord de l’Italie. Elles deviennent servantes domestiques, nourrices, concubines dans les maisons des grandes familles. Les testaments des patriciens et des riches citoyens de cette époque regorgent de mention d’esclaves féminines, qui constituent l’écrasante majorité des esclaves vendus en Europe. Ces femmes sont fréquemment victimes des agressions, notamment sexuelles, de leurs maîtres, à qui elles ne peuvent rien refuser. Aujourd’hui, d’après Gynécologie sans frontière, 70 % des migrantes ont payé en nature leur passage ou subi des aggressions sexuelles…

L’esclavage en terre d’Islam est particulièrement répandu : pour le travaux agricoles, dans l’artisanat, en tant que domestiques… Les esclaves sont particulièrement présents dans l’entourage du pouvoir. Enfin, les esclaves-soldats représentent de véritables armées serviles, mais bénéficient d’un statut à part, qui peut les conduire au plus près du pouvoir.

546px-Slaves_Zadib_Yemen_13th_century_BNF_Paris.jpg

L’esclavage médiéval recouvre une pluralité de situations. Mais à l’origine de celles-ci, il y a un marché au sein duquel des hommes se croient autorisés à donner un prix à un homme pour le vendre et l’acheter. On ne sait en réalité presque rien des conditions de vie concrète des esclaves médiévaux, de même qu’on a du attendre presque deux ans pour que les ONG soient crues, quand elles parlaient d’esclavage. Celui-ci est-il un sujet par nature invisible  parce qu’il touche les plus fragiles et les plus insignifiants du point de vue des pouvoirs publics  ?

Maxime Fulconis et Catherine Kikuchi

 

Pour en savoir plus :

  • Jacques Annequin et Olivier Grenouilleau, Esclavages, de Babylone aux Amériques, Paris, La documentation photographique, 2014.
  • Jacques Heers, Les négriers en terre d’islam : la première traite des Noirs, VIIe-XVIe siècle, Paris, 2003.
  • Charles Verlinden, L’esclavage dans le centre et le nord de l’Italie continentale au bas Moyen Âge, Wetteren, 1970.
  • Michel Balard, « Giacomo Badoer et le commerce des esclaves », in Milieux naturels, espaces sociaux. Etudes offertes à Robert Delort, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997.
  • Fabienne Guillén et Salah Trabelsi (dir.), Les esclavages en Méditerranée : Espaces et dynamiques économiques, Madrid, Casa de Velázquez, 2012.
  • Ivan Armenteros Martínez et Mohamed Ouerfelli, « Réévaluer l’économie de l’esclavage en Méditerranée au Moyen Âge et au début de l’époque Moderne », Rives méditerranéennes, 2017, no 53, p. 7‑17.

 

A lire sur AMA

88676454                     consulterelementnum

Voir, de l’autre côté du détroit,   La confiscation, quelle aubaine !

Publicités

Les California rolls médiévaux

table bourguignonne

Les California Rolls viennent d’un syncrétisme culinaire fruit de la mondialisation. Mais de tels transferts avaient déjà cours au Moyen Âge !

Il paraitrait que la France est la première consommatrice de sushi derrière le Japon… Si vous faites partie des adeptes du poisson cru, il vous est surement déjà arrivé de manger des California Rolls (ou des Alaska Rolls), ces makis avec une feuille d’algue à l’intérieur et qui contiennent généralement du poisson cru et de l’avocat. Mais saviez-vous que cette création est en fait le résultat de décennies de mélanges culinaires? Les makis viennent du Japon, très bien, mais l’avocat a été introduit seulement il y a une centaine d’années dans l’archipel. Le saumon est une manie japonaise assez récente également. Et quant au fait de glisser l’algue à l’intérieur du maki au lieu de l’extérieur, c’est parce que les premiers mangeurs de makis non-japonais, les habitants d’Amérique du Nord, trouvaient l’apparence et la consistance des algues étranges, alors les chefs japonais les ont cachées à l’intérieur.

Des décennies de brassage culturel, et le résultat est plutôt bon non ?

Lire la suite

Voir, de l’autre côté du détroit, les gens qui marchent


Malgré la frénésie de l’actualité, prenons un peu de recul pour regarder les gens qui marchent… de l’autre côté du détroit de Gibraltar.

Je sais que l’actualité a été chargée ces derniers temps, entre les incendies, les attentats, la canicule, les élections et autres catastrophes. Difficile, dans ce contexte, de s’intéresser à certaines affaires « de fond », dont le rythme se compte en mois et pas en jours. Avez-vous entendu parler de Cédric Herrou ? Cet agriculteur du sud de la France a été jugé en juin dernier pour avoir aidé des migrants venus d’Italie à entrer en France, et condamné lundi à quatre mois de prison avec sursis. Pendant que l’on criminalise la solidarité, les migrants continuent de payer le prix fort : depuis janvier, près de 1500 migrants ont trouvé la mort en tentant de franchir la Méditerranée. Dix par jour. Je ne veux pas casser vos vacances, mais on ne peut pas s’empêcher d’y penser entre deux baignades.

Lire la suite

Zeng He ou les risques du repli

bateau.jpg

Aujourd’hui, ouverture au monde et rayonnement dans le monde, à travers les expéditions de Zeng He… Un exemple qui résonne dans cet entre-deux-tours, contre les discours de repli.

Du fait de nos domaines de spécialité, nous parlons beaucoup de l’Occident médiéval et des civilisations méditerranéennes. Mais une fois n’est pas coutume, et parce que l’heure est grave, partons un peu voir du côté de la Chine. Car c’est parfois en observant une société lointaine, en apparence totalement étrangère à la nôtre, que l’on parvient à comprendre le monde auquel on appartient.

Lire la suite

1473, les îles grecques face aux migrants

corfouMuslim ban, flux migratoires en Europe et réfugiés délogés à Paris… et si on se penchait sur une crise des migrants à Corfou… en 1473 ?

Les îles grecques, tout comme les côtes italiennes ou espagnoles, font partie des zones d’interface de la Méditerranée. Elles servent de passage aux flux des marchandises et des hommes, dans des conditions qui dépendent beaucoup de la situation politique et économique : on n’accueille pas les migrants de la même manière en période d’abondance et en période de crise.

Or à Corfou, en 1473, c’est la crise, et les habitants se plaignent :

« Des personnes étrangères sont venues dans cette ville et dans cette île (…) et habitent ici. Ils ont pris le nom de Corfiotes, et chaque jours ils commettent mille infractions (…) Qu’ils soient condamnés à des peines corporelles, et non à des amendes (…) afin que l’on sache bien que les fidèles Corfiotes originaires de ce lieu ne mènent pas une telle vie ».

Lire la suite