Liberté d’informations

saint amrc.jpg

Alors que le Venezuela ferme ses médias, rappelons que la liberté d’informations est un droit durement acquis, aujourd’hui, comme sur la place Saint-Marc en 1512…

Un beau jour de juillet 1512, les gens s’agitent sur la place Saint-Marc de Venise. Un garçon vend le texte imprimé d’une chanson qu’il chante lui-même probablement à qui veut l’entendre. Le texte se moque des Français qui auraient été défaits par les Anglais. Un sbire qui passait par là s’échauffe. « Tu en mens par la gueule » dit-il à l’enfant. Après une probable agression, le garçon se rend au palais pour se plaindre à la Seigneurie. Les capitaines de la garde sont chargés de se saisir du triste sire, mais ne peuvent le trouver.

Lire la suite

Publicités

Portraits de rois et de président

800px-Alexandre_Brun_-_View_of_the_Salon_Carré_at_the_Louvre.jpg

Le portrait officiel d’Emmanuel Macron a agité les réseaux sociaux la semaine dernière. Une stratégie de communication qui n’est pas nouvelle… 

La semaine dernière, les réseaux sociaux étaient en émoi : l’Élysée leur avait donné en avant-première le portrait officiel du président. Cette photographie a été vue, revue et commentée, des i-phones sur le bureau, aux livres ouverts ou fermés en arrière-plan, en passant par l’encrier. Il n’est pas nécessaire de rajouter un énième commentaire d’image pour rapprocher Emmanuel Macron de Julien Sorel, le héros du Rouge et le Noir posé sur le bureau, ou encore faire le parallèle avec Frank Underwood, un président sans scrupule de House of cards. On cherchera plutôt à se demander pourquoi un tel intérêt pour un portrait ? Pourquoi ressent-on le besoin d’expliquer, de décrypter les messages derrière ces images officielles ?

Lire la suite

L’Europe (médiévale) n’existe pas

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/41/Tizian_085.jpg/800px-Tizian_085.jpg

Alors que des politiques de droite comme de gauche font leur fond de commerce de la critique de l’Europe, il n’est peut-être pas inutile de rappeler d’où cette idée européenne.

C’est une chose étrange que l’Europe… Géographiquement, c’est un continent dont les limites sont bien difficiles à définir. Politiquement, c’est un espace qui s’est régulièrement prétendu uni par diverses caractéristiques, mais qui ne l’a jamais véritablement été. Plus récemment, c’est aussi le bouc émissaire de tous nos soucis, sans que personne n’arrive vraiment à dire précisément si c’est parce qu’elle contrôle trop ou pas assez…

Le concept même d’Europe ne va pas de soi. On pourrait remonter jusqu’à la belle jeune fille emportée par Zeus qui s’était transformé en taureau pour la séduire… Mais bon, à part dire que l’Europe vient de Grèce et qu’elle est belle – et crédule –, ça ne nous dit pas grand-chose. À la suite des Grecs, Europa est un terme qui en vient à désigner une étendue de terre, la Grèce, puis tout ce qui est au nord-ouest du détroit du Bosphore. C’est une terminologie savante et qui n’apparaît pas dans le langage courant avant bien tard.

Mais ce qui m’intéresse davantage, ce n’est pas comment les géographes ont choisi de désigner cette partie du monde, mais plutôt comment est-ce que ce terme technique en est venu à désigner une réalité politique, culturelle, bref ce que beaucoup de gens appellent une civilisation.

Lire la suite

Les saints, des stars médiévales ?

starlette.jpg

Hier s’est ouvert le festival de Cannes ! Et sur ces stars qui peuplent la croisette plane peut-être l’ombre des saints médiévaux…

Des stars foulent en ce moment le tapis rouge à Cannes. Le phénomène est étrange : des fans en délire, des flashs de paparazzi qui crépitent, une retransmission mondiale… Certains groupes de personnes, voire une société toute entière, se mettent à aduler une personne, non pas tant pour elle-même, mais pour ses créations, son image. Pour les plus grandes stars, ce qu’elles dégagent parvient à déplacer les foules, à travers une communication soigneusement orchestrée.

Antoine Lilti, historien moderniste, a montré que la célébrité était un phénomène largement inventé au XVIIIe siècle. On commence à suivre les hommes célèbres, on s’intéresse à leur vie privée, des rumeurs contribuent à leur renommée. Voltaire est parmi le premier à bénéficier puis à faire les frais d’une société du spectacle naissante qui s’affranchit de la distinction entre privé et public. Si la célébrité et le système des fans sont assez étrangers au Moyen Âge, on peut néanmoins trouver des échos médiévaux à ces phénomènes de passion pour un personnage et ce qu’il représente.

Lire la suite

Femmes de sciences

Femme de science.jpg

La science, c’est féminin… même si les scientifiques sont souvent des hommes ! Et au Moyen Âge, quelle place pour les femmes de sciences ?

La sortie du film Les figures de l’ombre a mis sur le devant de la scène le rôle de femmes, noires qui plus est, dans le développement des programmes spatiaux de la NASA. Ces personnes subissaient alors un double handicap : noires, elles ne pouvaient pas accéder aux postes de responsabilité réservés aux blancs dans une Amérique ségréguée ; femmes, elles étaient considérées comme moins intelligentes, moins douées en science que les hommes.

Le Moyen Âge ne pensait pas l’aptitude aux sciences en termes de race : les savants arabes ont été abondamment utilisés par les universitaires, que ce soit pour comprendre Aristote, pour la médecine… Les femmes en revanche ont une place bien plus discrète dans le développement de la science. Les universités sont pendant longtemps réservées aux clercs, donc par définition fermées aux femmes. L’instruction de celles-ci se fait dans un cadre privé, même si elles sont bien plus nombreuses à savoir lire, écrire et compter qu’on ne l’a longtemps dit. Toujours est-il que ne gravissant pas les échelons universitaires, elles sont rares à acquérir des compétences pointues en philosophie, en rhétorique, en mathématiques, ou en théologie, qui est la science-reine du Moyen Âge.

Lire la suite