Entretien avec Simon de Thuillières : Moyen Âge, affiches de films et parodies

Sur Facebook et Twitter, Simon de Thuillières partage des « affiches de film » retravaillées pour faire penser à des enluminures médiévales. Avec humour, il utilise une langue ressemblant à l’ancien français pour revisiter des monuments de la culture contemporaine : « Titanesque » au lieu de Titanic, « N’estoy point sortilège » pour « C’est pas sorcier », « Missive Improbable » pour « Mission Impossible », etc…

« Maiz où se tapît Charlie », par Simon de Thuillières, 7 janvier 2021

Depuis quand est-ce que tu fais ce genre d’œuvres ? Comment t’est venue cette idée ?

Tout à commencé par une plaisanterie lors du premier confinement, l’idée s’est imposé d’elle même : à quoi allait ressembler le monde après le confinement. J’ai donc fait « bouteur de spectres » où des personnages partent à la chasse du spectral virus…

Le Moyen Âge est souvent associé à une période obscure, violente, sombre : ici au contraire tu en proposes une version drôle et très colorée, voire assez flashy. Pourquoi avoir choisi d’utiliser la période médiévale ?

Je choisis de revendiquer un Moyen Âge coloré, lumineux et inventif, car la vision boueuse que nous en avons est essentiellement un stéréotype de la Renaissance et du XIXe siècle. La très longue période de mille ans qui constitue le Moyen Âge à été une période d’innovations, d’inventions de bouleversements technologiques. Un autre a priori est que l’Antiquité est souvent représentée comme lumineuse, cependant, la chute de l’empire romain n’a pas déclenché une météo pluvieuse pour mille ans…

L’esthétique médiévale est très intéressante car le vocabulaire pictural et les valeurs symboliques de ces époques est assez éloigné de nos habitudes. Toute la force humoristique de mes images provient du décalage entre le fond (la référence pop) et la formalisation médiévale, la traduction médiévale en quelque sorte.

« L’incroyable Hugues », par Simon de Thuillières, 7 décembre 2020

Le plus souvent, tu reprends des films ou des références caractéristiques de la « pop-culture » : par exemple ton « pourceau-araignée » (pour spider cochon), « Gueule d’orage » (pour Goldorak), « La Famille à Dents »,…

Effectivement, je traite essentiellement des films des années 80 à 90 qui m’ont marqué et qui sont devenus des classiques. Puis j’ai élargi aux dessins animés et aux séries.

« Octroi de Franc Passage », par Simon de Thuillières, 31 octobre 2020

Depuis quelques temps, tu réalises également des œuvres ancrées dans l’actualité, comme cette « attestation de déplacement »… Est-ce que c’est une façon de renouveler ton travail ?

L’attestation – qui à été sans doute mon enluminure la plus diffusée – est au départ une demande provenant de plusieurs internautes. Je l’ai faite sans croire un instant à son succès, car c’était surtout une transcription littéraire.
Je ne m’interdit rien, donc il va encore m’arriver de traiter certains points de l’actualité, cependant cela c’est pas dans ma zone de confort. Cependant, je sais déjà comment je vais me renouveler, mais cela, vous le découvrirez plus tard…

Dans tes œuvres, mais aussi dans tes tweets et tes posts facebooks, tu utilises une langue qui ressemble à l’ancien français (ou plutôt qui ressemble à ce que le grand public pense être l’ancien français, avec des v à la place des u, des y un peu partout, des nenni, des point…). Pourquoi ce choix ?

Très bonne description de ce pseudo vieux français, que je m’amuse à l’appeler le « Vétuste François ». Il s’agit d’arrangements avec la langue de nos lointains ancêtres, afin de rendre la lecture possible pour tous, même si cela représente parfois un effort, ou un défi.

Tes œuvres plaisent beaucoup : comment interprètes-tu ce succès ?

Je suis encore étonné par ce succès. Ce qui peut l’expliquer se trouve sans doute dans le côté ludique du décryptage des images, et dans le décalage entre le souvenir du film et ma représentation. Il est aussi important de noter que ce « succès » est renforcé par les merveilleux et hilarants commentaires de certains de mes lecteurs, notamment sur Facebook où on peut suivre des conversations totalement surréalistes.

Fan des dessins de Simon de Thuillières ? Vous pouvez soutenir son travail en commandant son « Codex », compilation de plusieurs de ses plus célèbres dessins, sur KissKissBankBank !

4 réflexions sur “Entretien avec Simon de Thuillières : Moyen Âge, affiches de films et parodies

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s